6 conseils judicieux pour une rentrée d'auteur réussie !


Quand je pose la question aux gens qui rêvent d’écrire un livre : « Pourquoi ils ne le tiennent pas dans leurs mains ? », voici leurs réponses :

« Un jour ! Quand j’aurai le temps ! Je manque de motivation ! L’été a passé trop rapidement ! Je ne sais pas par où commencer ! Je n’y arriverai jamais… Autour de moi, il y a trop de bruit, de tâches, de personnes négatives, etc. »

STOP ! Fini la culpabilité ! Ce hamster qui tourne constamment, il a besoin d’une pause… Le meilleur moment pour réaliser ton rêve de tenir ton livre dans tes mains c’est maintenant. Même si l’été a passé trop vite, l’automne est à nos portes… Cette saison apporte un nouveau souffle de bonheur, ses couleurs imparfaites, mais offrant un spectacle à ciel ouvert et surtout, l’élan pour transformer tes peurs, freins et blocages en occasion en or de saisir de nouvelles opportunités, faire les choses différemment et te réajuster pour faire de cette rentrée ta rentrée d’auteurs. Celle où tu mets tout en œuvre pour qu’éventuellement tu puisses mettre au monde ton projet de livre et que tu puisses le tenir dans tes mains fièrement prêt à le présenter au monde entier !

Oui, l’impossible peut devenir possible quand on le veut vraiment, qu’on visualise jour après jour notre objectif, mais surtout au moment où on passe à l’action. Le petit pas, qu’on fait en avant, est un pas dans la bonne direction pour transformer ton rêve en réalité ! Tout est une question de mindset et d’intention profonde…

J’en suis la preuve vivante ! Alors que je ne connaissais pas personne dans l’industrie du livre, que je ne savais pas par où commencer et que j’étais une étrangère aux yeux de tous, moi, Suzie Champagne, la petite fille de Sainte-Thérèse, il y a de cela 8 ans, j’ai obtenu un premier contrat d’édition ! J’étais convaincue que mon livre, écrit en jet du cœur, ne valait rien si je me comparais à tous les auteurs de renom qui m’inspiraient ! Cela ne devait pas être si mal puisqu’au cours des deux premières années, j’en ai vendu près de 2000 copies ! Un coup de chance… Ma carrière de conférencière y a été pour beaucoup, mais disons que tout comme l’automne, j’ai su me transformer et trouver ma couleur !

Au fil des années, même si certains joueurs clés de l’industrie ont tenté de me mettre des bâtons dans les roues, à ce jour, je suis fondatrice d’une maison d’édition alors qu’un éditeur m’a affirmé que je ne réussirais jamais à être en librairie… 3 ans plus tard, 16 auteurs font partie de la famille et dans quelques jours, nous célébrons le lancement du 22e livre d’Escapade Répit Bonheur…

En plus, moi la fille bien ordinaire, j’ai aidé plus de 100 auteurs à mettre au monde leur projet de livre que ce soit en travaillant avec une maison d’édition renommée ou en autoédition !

Aujourd’hui, sans prétention, je te déroule le tapis rouge et je te déballe sur un plateau d’argent les 6 conseils judicieux qui pour moi ont fait une différence dans mon parcours d’auteure. Ses trucs, ce sont les miens ! Rien n’est parfait, mais si en te les partageant, j’allume une petite flamme en toi ou que tu retrouves des étoiles dans tes yeux, bref, que cette passion qui t’anime pour l’écriture, ma mission est accomplie !

Dire stop à ta petite voix intérieure :

D’abord, tel que mentionné dès le début, notre mental, partie de nous-mêmes liée à l’égo, tourne constamment comme un hamster. Dans les moments de doutes, il nous chuchote toutes sortes de choses qui nous paralysent à un tel point que c’est difficile d’avancer notre projet, et ce, même s’il nous tient particulièrement à cœur. Rassure-toi ! Contrairement à ce que certains croient, il ne le fait pas méchamment, mais dans l’optique de nous protéger. Ainsi, il s’est créé, au fil du temps, des mécanismes de défense et son but, c’est de les activer pour nous éviter de souffrir ! Trop souvent, en ce qui me concerne, j’ai entendu des croyances limitantes telles que : « Tu es qui pour écrire un livre ? », « Tu ne réussiras jamais ! » et « Tu n’es pas assez bonne en français ! » qui m’ont freinée dans mon projet d’écriture et il a fallu que je comprenne que pour avancer d’un premier pas dans la bonne direction, je pouvais dire : « Stop ! » à ma petite voix intérieure et aller de l’avant même si, parfois, je ressentais toutes sortes de peurs.

Mais, comment est-ce qu’on peut arrêter cette petite voix alors qu’elle tourne constamment dans notre tête ? Bien qu’il n’y soit pas de recette miracle, dans mon cas, revenir à ma respiration, écrire les mots qui montaient naturellement dans mon cœur et écouter de la musique d’ambiance qui me ressemble ont été le tremplin pour non seulement taire cette voix intérieure temporairement, mais également augmenter en confiance et transformer mes croyances limitantes en croyances bénéfiques. Comme n’importe quelle partie de notre corps, c’est à force de s’entraîner qu’on réussit !

L’espace-lieu à ton image :

Ensuite, j’ai remarqué que l’espace lieu dans lequel j’écrivais avait une influence sur ce que je jetais sur papier. En ce sens, j’ajoute avec humour qu’encore aujourd’hui, quand c’est le bordel sur mon bureau de travail, c’est aussi le bordel dans ma tête. De plus, comme je suis une personne plutôt extravertie et colorée, c’est impossible pour moi d’écrire dans une pièce peinte en blanc là où il n’y a aucune décoration. Quand je me contente d’une telle ambiance d’écriture, la page blanche est au rendez-vous sans que je ne l’aie invité. C’est pourquoi, depuis quelques années, je m’assure que l’espace lieu dans lequel j’écris est à mon image.

En ce sens, avant chaque séance d’écriture, je m’assure d’avoir désencombré ma surface de travail, j’installe des objets d’ancrage qui me rendent joyeuse et je personnalise mon ambiance d’une musique inspirante et d’une odeur enivrante afin d’éveiller mes sens ! Pour éviter toutes sources de distractions, je ferme aussi mes appareils électroniques incluant ma connexion internet. Ce simple geste m’aide à me connecter à ma créativité et à écrire le premier jet d’un chef-d’œuvre. Quand malgré tout, je ne parviens pas à trouver la motivation nécessaire dans mon espace-lieu d’écriture habituel, je sors pour écrire dans d’autres lieux inspirants tel que parc, bord de l’eau, bibliothèque ou café. Tous ses lieux sont accessibles à moindre coût, mais constituent une richesse en flow créatif !

Le rituel d’écriture :

De plus, j’ai remarqué au cours des dernières années que la concentration était la clé afin d’écrire un texte de qualité. Focaliser sur la tâche qui est à effectuer, ce n’est pas évident, surtout quand notre mental ne cesse de tourner dans toutes les directions. Pour ma part, étant une personne créative, j’ai longtemps commencé mes séances d’écriture « à froid », c’est-à-dire en commençant à écrire sans me préparer. Résultat, ma créativité débordante me poussait dans tous les sens et j’écrivais mes idées qui se multipliaient à la vitesse de l’éclair ce qui faisait en sorte que je m’éparpillais et que j’avais la perception que mon texte était décousu. Étant insatisfaite du résultat, malgré toute ma bonne volonté, le découragement prenait le dessus et j’abandonnais facilement.

Un jour, une amie m’a fait remarquer que quand j’étais jeune, lors de mes cours en théâtre et en karaté, j’étais très concentrée parce que chaque séance commençait de la même façon, c’est-à-dire avec un exercice d’échauffement. C’est là que j’ai pris conscience qu’il m’était possible de me créer mon propre échauffement avant chaque séance d’écriture. Celui-ci, je l’appelle : « mon rituel d’écriture ». Quand je commence mes séances d’écriture par cet exercice, les résultats sont concluants. L’idée, ce n’est pas de trouver quelque chose de compliqué, mais d’indiquer, par un ancrage qui est toujours le même, à notre cerveau que c’est le temps d’écrire. Bien que le rituel d’écriture ne soit pas miraculeux, les résultats sont concluants et je t’invite à essayer cette technique pour en savourer tous les bienfaits de cette expérience unique et inoubliable.

Le niveau d’énergie optimal :

Aussi, quand je ne respecte pas mon rythme de croisière, c’est difficile de me concentrer, car à certains moments de la journée, je n’ai pas d’énergie. En effet, même si durant mes études en littérature et en théâtre, j’ai remarqué que ma créativité était à son plein potentiel en fin de soirée et que je réservais ce moment pour étudier ou rédiger mes travaux scolaires, étant maintenant devenue une mère à temps plein, avec toutes les surcharges d’horaire que ça implique, au fil du temps, pour entrer dans l’agenda familial, j’ai commencé à me lever tôt le matin pour écrire.

Cela ne fonctionne absolument pas parce que le matin, je manque d’énergie ! Généralement, quand j’accompagne de jeunes auteurs et que je remarque qu’ils vivent un blocage au niveau organisationnel, souvent ils me confirment qu’ils réservent des plages horaires à leur agenda qui ne sont pas adaptées à leur niveau d’énergie.

Si tu es un oiseau de nuit, inutile de te forcer à te lever très tôt le matin pour écrire, car agir ainsi, c’est juste te taper sur la tête pour rien ! La créativité, c’est une forme d’énergie et elle est fluide lorsqu’on réserve les bonnes plages horaires dans notre agenda suivant notre rythme d’éveil optimal. Es-tu plutôt matinal ? Aimes-tu écrire après la sieste de l’après-midi ? Apprécies-tu écrire en contemplant les étoiles scintillantes à l’obscurité ? Respecte, autant que possible, ton rythme et réserve les bonnes plages à ton horaire. Au besoin, effectue certains changements, puis tôt ou tard, tu trouveras la combinaison gagnante entre ton niveau d’énergie et le temps que tu réserves à ton agenda pour tes séances d’écriture.


Le jet du cœur :

Trop souvent, une des pires erreurs qu’un jeune écrivain fait, c’est de vouloir rédiger un texte parfait dès le premier jet. Or, c’est difficile d’écrire un texte de qualité si on se concentre sur la créativité qui monte au fur et à mesure en même temps que notre vocabulaire et la correction de nos coquilles linguistiques. Le cerveau est séquentiel et la créativité se stimule quand on laisse monter naturellement les mots qui envahissent notre cœur. Ose la spontanéité en écrivant avec le jet du cœur et tu seras toi-même surpris du résultat. En toi, des trésors sommeillent et tu peux les découvrir si tu écoutes la mélodie de ton cœur au lieu de te positionner en mode correction, pour viser la perfection, dès le départ. Lâche prise ! Découvre ses merveilles qui sont au fond de toi un mot à la fois. Ce jet à l’état brut, tu pourras l’améliorer par la suite ! La fluidité et l’enrichissement du vocabulaire arriveront plus tard. Garde en tête que tout est parfaitement imparfait et qu’au besoin, tu pourras réécrire certaines parties de ton texte pour en faire un véritable chef-d’œuvre plus tard, mais pour l’instant, le désir que tout soit parfait immédiatement est un frein majeur pour ta créativité !

La synergie de groupe :

Enfin, bien que l’écriture d’un livre soit un métier qu’on exerce souvent en solitaire et que pour s’assurer d’être dans sa bulle, plusieurs auteurs ressentent le besoin de s’isoler du monde extérieur pour entrer en eux, souvent le manque de motivation arrive justement parce qu’on se sent terriblement seul dans l’aventure. C’est pourquoi, à mon avis, pour réussir à écrire un livre, il est fondamental de bien s’entourer. Comme le dit si bien le proverbe : « Seul on va plus loin, mais ensemble on va plus vite. », la synergie de groupe peut-être un moyen efficace pour avancer concrètement son projet d’écriture.

Inutile de t’entourer de personnes qui ne croient pas en ton projet, cela te découragera la plupart du temps ! Entoure-toi de personnes qui ont le même rêve que toi, qui sont positives et qui célébreront tes bonnes nouvelles au lieu d’en être jaloux. Trouve-toi un binôme qui acceptera de t’offrir de la rétroaction constructive, mais également qui sera-là pour t’écouter et t’offrir réconfort lorsque tu vivras des épreuves et où tu seras sur le point de tout abandonner ! Bâtis-toi une communauté où le non-jugement et le respect sont au cœur des priorités.

Ce conseil vibre, mais tu ne sais pas par où commencer. Sache que cette communauté existe déjà ! Joints la communauté Facebook Les complices : auteurs motivés à avancer dès maintenant ! En plus d’échanger dans le groupe, chaque jeudi, on écrit en groupe chacun dans le confort de notre foyer. C’est gratuit, 100 % virtuel et jusqu’à présent, plusieurs projets de livre ont vu le jour grâce à cette initiative qui a vu le jour en pleine pandémie pendant le couvre-feu.

En toute humilité, j’espère que mes 6 conseils judicieux te permettront de vivre une rentrée d’auteur réussi ! Si tu souhaites mettre au monde ton projet de livre avec le moins de contraction possible, je demeure disponible pour répondre à toutes tes questions. Écris-moi au suzie@editoextra.com pour réserver ton appel-découverte gratuit dès maintenant !

Avec bienveillance,

Suzie Champagne,

Complice des auteurs.

www.suziechampagne.com.



Posts Récents